CHOCOLOGIE

Comment la «nourriture des dieux», invention des Aztèques, en tant que remède et stimulant pour le corps et l’esprit, arriva en Suisse par le biais des cours royales et princières européennes.

UNE NOURRITURE VENANT DU PARADIS

Pour les Aztèques, le cacao était d’origine divine: «Chat Ekchuah», le dieu du cacaoyer, avait offert cette «nourriture des dieux» aux êtres humains. Les Aztèques préparaient le cacao «xocolatl» (eau chocolatée) en tant que boisson épicée et plutôt salée. Un chroniqueur espagnol écrivait: «Cette boisson est si saine et si nourrissante que celui qui en boit une coupe est capable de voyager toute la journée sans manger.»

UN PLAISIR POUR LE PALAIS

Au début, le chocolat était exclusivement consommé sous forme liquide. La boisson chocolatée sucrée à base de cacao, de vanille et de sucre de canne aurait été inventée par les religieuses d’un couvent à Chiapas vers 1550.

Pendant longtemps, la boisson fut considérée comme un luxe aux cours royales et princières européennes. C’est Anne d’Autriche, la femme du roi Louis XIII, qui rendit le chocolat populaire en France. Elle chargea l’officier Chaillion de fabriquer et de vendre du chocolat.
Celui-ci ouvrit la première boutique de chocolat à Paris en 1675.

La première maison du chocolat ouvrit à Londres déjà en 1657.

UN REMÈDE MAISON UNIVERSEL

Au début, le chocolat était en Allemagne un article de pharmacie portant le nom de «choccolata indica», à côté d’autres plantes venues du Nouveau Monde. En 1753, l’auteur de l’ouvrage «Curieus», médecin chaleureux traitant ses malades au vin, conseillait le chocolat combiné à d’autres ingrédients comme remède en toutes circonstances. En 1800, il était déjà bien connu que le chocolat était un délice, et pas uniquement sous sa forme liquide. Rien qu’à Hambourg, il y avait 400 confiseurs qui préparaient de délicieuses friandises au chocolat.

DU BAUME POUR L’ESPRIT

A partir de la moitié du XXe siècle, l’image du chocolat en tant que remède et stimulant pour le corps fait de plus en plus place à celle d’un remède et stimulant pour l’esprit.

François-Louis Cailler, Daniel Peter, Theodor Tobler

L’ARRIVÉE DU CHOCOLAT EN SUISSE

1819 François-Louis Cailler crée l’une des premières manufactures de chocolat mécanisées à Corsier, près de Vevey. Le chocolat venait ainsi de faire son apparition dans le pays où il trouverait bientôt les plus grands promoteurs et pionniers. La Suisse est le berceau du chocolat tel que nous le connaissons aujourd’hui.

1875 Daniel Peter invente le chocolat au lait. En 1863, ce fils de charcutier épouse la fille aînée de F.-L. Cailler et tente, avec son ami Henri Nestlé, de créer un nouveau produit: le chocolat au lait. Ce n’est qu’après des années de recherche que celui-ci devient très apprécié des clients.

1879 Avec le conchage, Rodolphe Lindt découvre un procédé permettant de produire pour la première fois du chocolat fondant fluide.

1908 Theodor Tobler invente le chocolat au nougat-miel-amandes.